1er octobre 2005 Princess Parano, Brigitte bop, Garage Lopez à Aouste “Salle des fêtes”

 

Le lendemain, après un bon petit déjeuner, on va tourismer un peu sur les hauteurs catholiques et on reprend l’autopista vers le Sud. Arrivée sans encombre à Aouste. Les organisateurs sont sympathiques, la salle est grande, le matos est presque en place, le paysage est joli, bref tout roule. Ca tombe bien car ce soir, on est venu, entre autre, pour enregistrer le concert sur du matos de pro afin de sortir enfin le split-picture-live-vinyl Garage Bop dont rêve depuis des années notre ami Florent. On profite de la balance des Lopettes pour pourfendre une fois de plus Petit Gibus et Grand Gibus à la pétanque. Ben Les Doigts de Fée, sonorisateur officiel du G. Lo Trio nous fait le son aussi pour notre plus grand plaisir et gagne son combat contre un larsen des plus vicieux et des retours récalcitrants. Le repas se fait au bar et ressemble à un vernissage. Avec Bruno, qui était nettement plus positif que la veille, on a fait chier tout le monde en chantant la moitié de l’intégrale de Renaud en buvant du Pastis. Normal, quoi. C’est Parano Princess qui a ouvert le bal. Du bon punk 77 avec chanteuse mais chanté en anglais. La salle s’est bien remplie. Entre les groupes, le Trio des Quilles, composé d’un batteur fou, d’un violoncelliste saturé et d’un saxo, balançait un mélange de free jazz punk et de punk jazz free. Sympa mais un peu fatigant à force quand même. On est monté sur scène vers 22 H 30, c’est-à-dire à l’heure idéale. On a juste eu à se laisser porter par les supers retours de Ben et un public nombreux et mouvementé pour envoyer un set compact, sans temps mort et sans trop de pains. Seul inconvénient : pleins de lights, mais tous dans le dos ou presque. Résultat, on crève de chaud et on ne voit pas ce qu’on joue. En plus, le public ne voit que des ombres. Mais bon, rien de grave non plus et ça reste vachement mieux qu’un néon fixe au milieu de la salle. Au tour des Lopez d’aller suer sur les planches. Comme la veille, ça part sur les chapeaux de roues et les conneries viennent au fur et à mesure. Je ne les sens pas super à l’aise, sauf sur la fin où ils enchaînent les reprises. Marky “Jesus” Ramones Baise-moi a multiplié les pains mais ça n’a pas nuit à l’efficacité globale de la machine lopeziste. J’espère juste qu’on pourra sauver suffisamment de morceaux pour le split. La suite ? Les habitués de ces lignes l’imaginent facilement : bavardages en tous genres, Bruno Show à gogo tendance Poelvoorde de la banlieue sud et finalement rangement et dodo chez l’habitant. Le dimanche fût une fois de plus consacré au remboursement des investissements des Autoroutes du Sud (c’est bon de se sentir utile !), dans une ambiance rendue peu décontractée par le manque de sommeil et parfois carrément irrespirable par les effluves anales de Yann. Il faut dire qu’on en a bien profité de ce week-end et qu’on n’a pas perdu trop de temps à roupiller. 10 000 mercis à Thomas pour le plan à Lyon, aux associations Street Gones Rcds de Lyon et Adamak de Crest pour leur accueil et leur gentillesse. Et salutations respectueuses aux montargois(es) qui sont descendus se payer un petit week-end dans la Drôme en essayant de nous faire croire que c’était pour nous voir !!! Bonus exceptionnel : Le compte-rendu des Garage Lopez : Tout le monde était gentil, le public était formidable. C’est vraiment chouette la … Où est-ce qu’on était déjà les gars ? Ha oui ! C’est vraiment chouette le Sud !

Extrait du site Brigitte Bop