30 septembre 2005 Garage Lopez, Brigitte Bop à Lyon “Bar Le Citron”

Ha ha ha ! Un petit week-end en amoureux avec nos lopettes “à l’autre bout de la France” comme dit la chanson ! Il y avait longtemps qu’on n’avait pas pratiqué. On a survécu quand même : on n’est pas mort de fatigue, on n’est pas mort de rire, on n’est pas mort de chaleur, mais on n’est pas passé loin à chaque fois ! Le voyage Vienne en Val – Lyon ne fût qu’une (longue) formalité. On a été accueilli par un Bruno Lopez agacé par 3 heures à supporter un patron de bar très … patron de bar. Heureusement, le reste de la troupe est nettement plus zen, surtout Jean-Luc. On prend le temps de se faire des papouilles et de se restaurer et hop, les Garage Lopez font péter le watt. Le concert a lieu dans une cave pas bien grande mais suffisante pour la quarantaine de personnes présentes et, quelle quarantaine! Des jeunes, des vieux, des punks, des skins, des filles et tout ça dans une ambiance pleine de sueur et de bonne humeur ! Avec 3 m2 en plus sur scène, ça aurait été le paradis. Le set lopezien part à fond, mais, comme dit le proverbe” chassez le naturel et il revient au galop” et arrivé à la moitié, les plaisanteries plus ou moins fines ressurgissent, dont le best of du moment : l’attrapage de larsen. Ca se termine assez rapidement sur un Blitzkrieg Bop fort intelligemment renommé Brigitte Bop. Ce qui prouve une fois de plus qu’inaptitude sociale et lunettes noires peuvent parfois dissimuler tendresse romantique et lyrisme coquin. On a pris la suite pour un set tout aussi court et intense mais rallongé de quelques reprises des Clash destinées à saluer un public de connaisseurs. Sur les forums du wolrd wide pogo, plusieurs activistes du clavier avaient dit qu’ils viendraient. Certains sont venus mais sont restés cachés. Dommage, j’aime bien profiter de ces week-ends rock n’rolliens pour dévirtualiser et découvrir qui se cache sous l’avatar. La prochaine fois j’espère. D’un autre côté, j’avais aussi de la deurm dans les yeux parce que je n’ai même pas vu que la copine de Bruno était venue. Enfin, tout ça ne nous a pas empêché de ranger le matos et de papoter dans la douceur lyonnaise. Fait notable : Lolux et Bruno ont mis au point et répété, répété, répété, répété, répété un remix techno de mon intervention Jean-Pierre Darrassienne lors de notre dernière entrevue (“J’ai pas fait 500 bornes pour voir des gens se battre. Merci bonsoir.”). Ensuite, on nous sépare pour le pieutage. Les Lopez filent pas dormir sur Villeurbanne et nous, on va papoter et pioncer chez notre sympathique organisateur.

Extrait du site Brigitte Bop