9 juin 2005 Brigitte Bop, The Briefs à Paris « Batofar »

Et oui, c’est plus ce que c’était le rock, on a un concert un jeudi à 19 H 30 sur un bateau ! N’importawak ! Enfin, ça fait toujours un après-midi où on n’ira pas bosser, hé, hé ! On récupère le matos encore emballé et on le recharge. On redécouvre aussi le plaisir d’être enfermé à 5 dans le Vito sous le soleil de juin et sur le périph’. Haaaa, c’est bon !!! On arrive presque à l’heure ce qui nous permet de nous poser et de voir la balance des Briefs (ce qui a dans l’absolu … aucun intérêt, il faut bien le dire), car oui, ce soir, nous faisons les vedettes américaines pour des vedettes américaines ! Le temps de manger un petit morceau à l’heure où les gens civilisés sortent de leur boulot qui les rend riches et épanouis et de prévenir les copains que c’ est leur de monter dans la péniche, et hop, il faut monter sur scène sur Seine (c’était ma blague de la soirée). On balance le même set que samedi mais un peu allégé, avec grosso modo les mêmes conneries mais l’impact sur la population parisienne à 19 H 30 est moins …. comment dire … plus …. enfin, c’est pas la transe quoi, mais c’est normal. On a donc donné ce qu’on a pu. On l’a fait et on est content de l’avoir fait. A noter qu’on a vu des petits jeunes fans des Clash, ce qui est toujours agréable. Et notre version de « White man » les a bien mis en transe. Malheureusement, on n’a pas eu le temps de leur faire White riot. Ce sera pour la prochaine fois ! Après ça, on a viré le matos rapidos sur le pont pour laisser la place aux Briefs. Gob et Yann sont super fans, personnellement, je n’accroche pas plus que ça, mais ils ont le bon look et leur show reste spontané et vivant alors qu’ils tournent dans le monde entier comme des brutes. Et ça c’est agréable. A 22 H, on est tous dehors et on papote; Pour ma part, c’est avec les Guerilla Poubelle et Michalon, artistes enragés d’âges différents mais tout aussi intéressants. Mais tout le monde n’ayant pas poser d’ARTT vendredi, on redécolle pour Orlins avant minuit. Bonsoir Paris et bravo Lolux qui est le seul à ne pas avoir dormi, ce qui tombe plutôt bien, car c’est lui qui conduisait !

Extrait du site Brigitte Bop