4 juin 2005 RNCS, Def Daf, Fly’s Fuckers, Brigitte Bop à Tigy

Festival Traquenard

Bop are back ! Après une pause concert de 3 mois pour cause d’arrivée de petite fille par voie naturelle, nous revoilou « on stage » pour 3 concerts en 8 jours. Le « 300 Kms Tour 2005″comme on l’a appelé, uniquement pour justifier le fait de faire un seul compte-rendu pour les 3 shows ! On commence dans la ruralité exacerbée par le Festoche du Traquenard. Avantages : il y a plein de matos, des types qui savent s’en servir, pas de voisin car c’est en pleine cambrousse, il fait plutôt beau et surtout, c’est à 5 kms de notre local de répétition ! Elle est pas belle la vie ?!? Le voyage fut donc… rapide. On a retrouvé sur place pas mal de têtes connues (Def Daf, RNCS et quelques autres), on décharge le matos, on se passe de balance non sans plaisir, on papote et même on mange en ratant le 1er groupe qui faisait de la musique brésilienne ou un truc comme ça. La partie bruyante commence avec Rem and the Courbarians. Bien que Rem sorte à peine d’examens de santé en tous genres à cause d’une douleur costale plutôt virulente, le show est une fois de plus dans ta face. Ca bazoute veugra les RNCS et c’est du putain de bon rock n’roll à donf comme on les aime (moi en tout cas). Les Def Daf prennent la suite. Ce sont un peu les maîtres des lieux et le public apprécie visiblement leur fusion aux accents heavy metal. Personnellement, ce n’est pas le genre qui me transcende mais la prestation assure. Le son aussi d’ailleurs. Après ça, je découvre enfin les Fly’s Fuckers que j’avais toujours réussi à rater en 15 ans de vie orléanaise. Bon, je n’ai pas tout compris, mais en gros, ça bazoute aussi du genre veugra. Faut dire qu’avec 2 basses, on aurait pu s’en douter. Si j’avais été journaliste, j’aurais sûrement dit qu’ils font du hard core old school, mais je ne suis pas trop sûr de la signification. En tout cas, c’est du brutos. Un peu comme un fist fucking, mais dans les oreilles. Sympa, mais on n’ en sort pas indemne ! Ensuite, et ben, c’est nous. Comme il est déjà au moins une heure du mat’, il ne reste plus que les survivants et les gens qui avaient envie de nous voir, ce qui est toujours agréable. On attaque avec un nouveau morceau et on enchaîne à donf toute la première partie du set. Ensuite, on respire un peu et je raconte des conneries. L’ambiance est chaleureuse. On balance en tout nos 4 nouveaux morceaux et ils sont plutôt bien accueillis. Une soirée sympa donc pour un retour sur les planches. Pour finir, j’ai eu droit à mon baptême d’Ami 8 car on a appris que la maréchaussée retirait les permis au bout du chemin. Finalement, ils étaient partis quand on est passé, mais on ne sait jamais. Allez, salut les filles et à jeudi.

Extrait du site Brigitte Bop