19 fevrier 2005 M 26-7, Brigitte Bop, Human Tanga à Mouscron

Réveil un peu avant midi et on décide, innocemment, d’aller déjeuner à Maubeuge. C’était sans compter sur la vie touristique trépidante de la ville et de ses restos qui annoncent fièrement : Fermeture hebdomadaire le lundi et le samedi midi. On s’arrache donc fissa de ce trou, non sans avoir fait un tour du zoo … en fait on n’avait pas trop le temps et les crocs, alors on a juste fait le tour du  rond point devant le zoo ! On file se faire borlooter à Valencienne. Il n’y a personne dans les rues, mais au moins les restos sont ouverts. Vu qu’on est en pleine tournée européenne, on se fait une pizzeria. Après ça, la température extérieure dépassant difficilement les 3 degrés, on fait une impasse sur le tourisme et on trace directement sur Lille et la Belgique. Ce qui nous fait arriver à Mouscron (prononcez « Moucron », ce qui signifie moucheron en ch’ti et fait beaucoup rire nos amis nordistes) vers 16 H 30, soit avec 2 heures d’avance, non sans avoir fait au préalable 14 fois le tour du patelin. Vu qu’on est arrivés les premiers, on est allé à déguster des bières plus ou moins fortes au chaud au troquet du coin. A 18 H 30, on retourne à ce qu’on avait réussi à identifier comme le lieu du concert (aucune affiche, aucune indication) et on s’installe mollement. La sono et les Human Tanga arrivent aussi et on décide de faire une balance rapide. S’en suivra une longue discussion sur le nombre de couplets dans White man in Hammersmith Palais, Yann nous soutenant seul contre tous et malgré un cerveau embrumé par le Chimay et la Rochefort, qu’on avait zappé un couplet. Il finira par avouer son erreur le soir après qu’on l’ai jouer en concert. Ensuite, et bien, le public arrive petit à petit, les M 26-7 aussi mais à 21 H passé, ils attendent toujours leur chanteur et leur bassiste qui sont eux-mêmes à la recherche de la salle. Sous la neige, dans la nuit et sans indication, c’est pas facile. Ils arrivent finalement au moment où on avait décidé de ne plus les attendre et d’ouvrir le concert à leur place. A peine le temps de prendre une bière et de brancher l’ampli et hop ! (comme disaient les Bérus), ils attaquent. Ce n’est pas la foule des grands soirs, mais le bar est quand même bien rempli de vieux punks et de pleins de petits jeunes. Pour rattraper le temps perdu, les M 26-7 enchaînent les tubes et le public ne s’y trompe pas, ça commence à sautiller et l’ambiance est chaleureuse. Par contre ici, pas de rappel. Tu fais ce que tu as à faire et tchao. Et c’est pas plus mal finalement ! On attaque donc rapidement ensuite et le public bien chauffé par les M 26-7 est tout de suite dedans et nous aussi. Dès le 4ème morceau, on se prend un punk sur la tronche et à partir du 5ème, c’est le pogo monstre avec les ados en 1ère ligne. Yann bondit comme un cabri épileptique, Gob s’arrache le bras sur la gratte à Charles, et moi, je profite du spectacle. On enchaîne façon groupe-qu’est-pas-venu-là-pour-faire-de-la-figuration, 2-3 feintes parce que, bon, quand même ! Et merci bonsoir. Un bon concert pour nous, on est tous contents et vive la Belgique ! On débarrasse vite fait pour laisser la place aux sympathiques Human Tanga. Un trio de punk death, comme ils disent. Moi je dirais plutôt que c’est du bon punk rock avec un gros zest de brutos-core et un string sur la tête et des tatouages partout ! Sympa, mais pas avant 13 H 30 du matin. Après ça, devinez quoi ? Et bien on a papoté avec en buvant de la Jupiler. Elle est pas belle la vie ! Et pour finir, on a rangé le matos, on a fait une bataille de boules de neige dans la rue avec les M 26-7 et surtout on a réussi à ne pas se laisser entraîner dans la nuit de beuverie qu’ils nous proposaient. Comme Homer de Viva la Punk (ze chif of ze night, une fois) était aussi bourré que mes 3 hobbits, il n’avait pas réussi à trouver un hébergement, on a donc opté pour le Formule 1 de Villeneuve d’Asq. Ca tombe bien, c’est sur notre route. Donc, dodo au chaud et retour dimanche, un peu sous la neige mais pas tout heureusement. Petit déj’ dans une station service (hum, ça fait envie, hein !!! ) et arrivée en milieu d’après-midi. Tiens, il a neigé aussi ici ! Alors hop, une petite baston de boules de neige en sortant du camion. Un week-end nordico-européen bien agréable donc. On s’est bien amusé et on espère qu’on y retourna bientôt. Tiens, il neige encore chez nous, et ça a l’air de tenir !

Extrait du site Brigitte Bop