3 décembre 2004 Rem and the Courbarians, Brigitte Bop à Rouen “Au coin des diablotins”

Ce week-end normando-banlieusard a commencé pour un coup de fil de Yann vendredi matin pour annoncer qu’il avait le dos complètement bloqué et qu’il avait rencard en début d’après midi à Bourges chez son astro-pote … ou son ostéopathe, je ne me souviens plus. Tout ça pour dire, vous l’aurez compris, qu’une fois de plus … on était en retard !!! Mais c’est pas grave car on a écouté les Toy Dolls, Gonokox, Pleum et Glucifer sur la route et qu’on est arrivé quand même. On a retrouvé avec plaisir le Coin des Diablotins, qui nous avait accueilli en janvier. Sauf que cette fois, ce n’est pas un simple concert mais une soirée … Téléthon ! C’est-à-dire que le bar va rester ouvert 30 heures d’affilée avec des DJs et plein d’autres animations. Malheureusement, Gérard Holtz ne passera pas dans la soirée, alors on est un peu déçu. Les RNCS (comme on dit à Olivet) viennent d’arriver mais ont déjà du houblon dans les pattes. On se bise façon show bizness, on se tape aussi un godet et on décharge le matos. L’installation est rapide, d’autant moins fatigante pour moi que je discute dehors avec des gens de Punkahontas. Bref, j’ai rien foutu, mais je ne me suis pas réchauffé. L’heure avance, il n’y a pas grand monde mais je peux quand même dévirtualiser avec plaisir quelques forumeux, dont Nono Futur, la honte de la chanson française. Les RNCS attaquent avec leur finesse Zekeienne : tout à fond sans respirer. Les morceaux s’enchaînent, le volume sonore est raisonnable et le public apprécie. Il faut dire que ça assure. Je ne dis pas ça parce que ce sont des copains et qu’ils me doivent de l’argent, mais ça assure vraiment. Le chant est nickel, la batterie monstrueuse et la basse brutale à souhait. Putain, c’est du rock et du bon ! C’est au moment de prendre la suite qu’on s’est rendu compte qu’on n’avait toujours pas bouffé et qu’on partait pour 2 heures de concert sans rien dans le bide. Et bien c’est ce qu’on a fait. Il y avait une trentaine de personnes mais ça l’a fait quand même. On a fait les cons et du rock et tout le monde a eu l’air de bien s’amuser. Le 2ème set (comme disent les tennismaniens) a été un peu moins burlesque, il faut dire qu’on a eu a faire face à des monstres mangeurs de micros (dont l’ami Bébert, déjà croisé moult fois et qui était justement chargé de nous protéger des assauts du public … raté !). On retiendra de ce concert La Poule faisane chantée par les RNCS et Bébert, un dépucelage un peu raté mais correct quand même pour notre nouvelle reprise des Clash : White man in Hammersmith Palais, la perruque Polnareffienne de Charles, une bonne version à rallonge du medley Ludwig et un petit pogo sympa sur la fin. Finalement, on a enfin pu manger notre pizza, qui avait après tout ça un sacré goût de “pas assez”. Après les bavardages et rangeages d’usage : décollage pour le page, racontage de conneries et bonne nuit les petits. A mon avis, il ne doit pas être loin de 5 heures du mat’.

Extrait du Site Brigitte Bop