13 juin 2004 Marc’o, Brigitte Bop à Châteaubriand

Le lendemain, après un bon petit dèj’ et après avoir récupérer le matos au rade, on a repris le Vito pour 2 H 30 de chaleur moite jusqu’à Châteaubriand. Aujourd’hui, on innove : c’est Fête à la ferme d’antan. On joue le soir et dans l’après-midi, il y a des indiens, un mexicain, du jazz manouche, des cascadeurs et des cavaliers cracheurs de feu. Avec Yann, on profite du beau temps pour infliger à Papy et Junior (alias Gob et Lolux) une défaite cuisante et retentissante à la pétanque. Pendant ce temps-là, pour ceux que ça intéresse, Charles dormait. On rejoint ensuite notre ami Marc’o qui a déjà monté scène et sono et descendu 4 bières. On retrouve aussi quelques uns des skins les plus sympas de la terre, les habitués de nos visites dans le coin. A peine le temps de descendre un coup de punch avec Joël from la Boulaie (c’est lui qui nous a fait venir dans ce traquenard) et quelques organisateurs fatigués qui nous apprennent que la veille, les indiens se sont frités sévère avec les moins fins des autochtones. Ca promet. On installe ensuite le matos et on fait une balance rapide entre 2 godets, puis on file se rassasier de charcutaille et de carottes râpées. Comme le temps passe, Marco attaque tout seul avec sa gratte et balance ses chansons pleines de (bons) mots pour la cinquantaine de survivants et 3-4 gamins qui font des galipettes. Tout à l’heure, le pogo les calmera ! L’ambiance décontractée, la douceur angevine et la voix rauque de Marc’o nous renvoie des saveurs de la Boulaie et on aime ça. Ca nous permet d’attaquer ce 3ème concert avec entrain et bonne humeur. Le public se resserre, les amplis sont chauds et avec Charles, on rigole. Sans trop savoir pourquoi, juste parce qu’on est content d’être là, à faire du rock en pleine campagne au lieu d’être scotché devant Capital, à penser que demain, il va falloir aller bosser. Le public aussi est chaud, alors tout ce passe bien. Les conneries fusent toujours naturellement et on enchaîne pas trop mal. La reprise des Zab passe bien aussi. On a juste subi une attaque de B 52 : 100 kilos de chair humaine alcoolisé qui se sont écrasés au pied de Yann. Il a eu du mal à se relever mais il a fini par réussir. Plus tard dans la soirée, il a recommencé mais avec sa tête contre le pare-choc du Vito et il a mis encore plus de temps à se relever. Enfin, pour finir cette soirée, Marc’o (à la basse) et son pote Le Luc (à la gratte sèche) ont embauché Lolux pour faire des reprises de chansons françaises : Renaud, Capdevielle, Higelin, Gainsbourg, Mano Negra, Jonialidé, Vian, Eddy Mitchell etc, etc, etc, etc … Je ne sais même pas à quelle heure ils ont arrêté parce que vers 3 heures, on a démonté la batterie de Lolux pendant qu’il jouait pour pouvoir ranger le matos dans le camion et essayer d’aller dormir quelques heures dans un mobile home. Tout ce que je sais, c’est qu’à 7 heures et demi du mat’, ils n’étaient plus là et que Lolux, qui avait pourtant passé la fin de nuit avec, n’était pas en état de nous la raconter. On l’a donc chargé tant bien que mal dans le Vito et on est rentré chez nous. Retour calme, vous vous en doutez. Au boulot à 14 H. Et maintenant, on est vendredi, il est 17 H, je commence à me remettre, je finis, non sans mal mon compte-rendu et demain … on remet ça !!! Vive le rock !!!

Extrait du Site Brigitte Bop