14 mai 2004 Brigitte Bop à Vierzon “Le Chill-Out Pub”

Voilà un bon petit week-end, ma foi. 2 concerts, il a fait  beau, on a été reçu comme des rois, il y avait du monde, on s’est  bien amusé et on est même arrivé à l’heure 2 fois de suite.  Comment ça ? Vous trouvez que c’est un peu court comme compte-rendu ? Bon, d’accord, je développe un peu. Voyage sans encombre durant lequel Lolux nous a prouvé qu’il masterisait les raccourcis solognots comme personne et Gob  nous a prouvé qu’il était toujours capable de faire des compils K7 improbables et inaudibles. Arrivée au Chill Out à Vierzon  avec 1/4 d’heure d’avance, ce jour est à marqué d’une pierre  blanche ! Avance qu’on a allègrement perdu en tazonnant autour d’un mètre de bière. On profite du lieu et de la gentillesse de la jeune patronne, une copine d’enfance de Lolux pour papoter et glandouiller. La déco est vraiment  chouette, mais la salle est à l’étage et la solidité du plancher n’avais jamais été réellement testée. C’est chose faite mais les clients du rez-de-chaussée ont cru plusieurs fois qu’on allait  finir le concert sur leur genoux. Il faut avouer qu’on n’a pas vraiment respecté la consigne d’éviter de sauter, désolé ! Pour ce qui est du concert, il y eu pas mal de monde et l’ambiance  était vraiment bonne. Il faut dire qu’on a une partie de nous dans le Berry ! Quant au concert, on a prouvé que l’adage “Qui veut aller loin, ménage sa monture” n’est pas berrichon ! On a commencé vite et on est allé loin. Très loin. On a joué  2 fois, voire 3 fois certains morceaux. Des morceaux de 3 minutes ont duré 2 fois plus. Le medley LV88 a été transformé en medley LV88/LSD et a été interminable. On a craché, on s’est roulé par terre, on a sauté, on a fait des solos façon  “Pierre Boulez meets Nashville  Pussy”. Pour ma part, j’ai  chanté “Summertime Blues” sur la fin de “Du Rock au réveil” et “Je bois du lait” (le succès de Dany Logan et les Pirates) pendant les Ludwig. A la fin, je crois qu’on avait plus souvent les mains en l’air que sur nos instruments. On a fait 2 sets et on a dû jouer près de 3 heures en  tout. Bref, on a tout donné… et rien gardé pour le lendemain,  mais on va en reparler. A noter un dépucelage pour Intellectuel de gauche, reprise des Zabriskie Point qu’on bosse pour un tribute et la résurrection de Yeah yeah, morceau du 2ème album joué ultra speed avec des paroles en yaourt. Après tout ça, comme  d’hab’ : bla-bla, vente quasi-forcée des tee-shirts Brigitte Bop qu’on vient juste de faire, rangement, dodo chez Yann vers 5 heures du mat’ et c’est le réveil par téléphone (c’est la vie,  mon chéri !) à 9 H 30

Extrait du Site Brigitte Bop