7 novembre 2003 Rayon Liquide, Brigitte Bop à Mouzay

Après le Nord Tour de la semaine dernière, on enchaîne sur un Touraine Tour 2003, excellent ! Pour la peine, on arrive avec Charles chez Lolux avec seulement 5 minutes de retard. C’est peut-être pour ça que Lolux a la rage against la société : “Ca ménerve !” fut son cri de guerre du week-end. Le temps d’étancher la soif du Vitolux et on file choper Gob à la sortie de son taf à Beaugency et 2 heures plus tard, on est à Mouzay, petit bled à côté de Loches en Indre et Loire. On y retrouve Yann et Marie et surtout Tonio, le proprio qu’on a bien connu à l’Age d’Or du Pub rock de Morville en Beauce. Mais on n’a pas le temps de faire dans la nostalgie. Il nous apprend qu’on ne jouera pas tout seul, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Les “rayon Liquide” ont accepté venir jouer avec nous pour leur 1er concert ! Presque un dépucelage : ça s’arrose ! Surtout avec un nom comme ça. “C’est toujours là qu’on se retrouve” en est l’explication et ça se tient. Bref, on monte le matos et on se fait une petite balance redoutable d’efficacité et on va se baffrer la choucroute de la patronne (mais non, ce n’est pas sale, c’est du chou avec des saucisses !) en discutaillant coolos . Un petit café et les Rayon liquide attaquent leur punk-oi basique. La batterie est un peu limite mais l’ensemble tient largement la route pour un 1er concert. Le chanteur braille façon Banlieue Rouge et j’aime bien ça. Une copine à eux vient aussi jeter un peu de salive dans le micro sur  un morceau horriblement sexiste. Ca atténue un peu le propos … mais pas tant que ça. Sinon, le reste, ça parle de bière et de potes et de bière. Ils ont ramené leurs potes et l’ambiance est sympa et surtout tout le monde reste pour nous voir. Donc, pas question de faire dans la finesse, on y va à donf’ ce qui déchaîne directement un pogo-macho du genre qui fait mal au dos le lendemain matin. Dommage pour ceux qui voulaient voir un concert tranquille, ils sont relégués au fond du bar. Enfin, ça reste bon enfant. Nous, comme d’hab’, on s’amuse bien. On retiendra une bonne version de “Mon cafard et moi” des Rats et des cris de joie à la simple évocation du nom des Excités ! Et c’est déjà pas mal ! Ah si, il y a quelqu’un qui à dit à Gob : “c’est bien, vous connaissez tous vos morceaux ! “Ben oui ! Et puis aussi, ça fait 3 concerts de suite qu’on joue dans des rades et que l’entrée est gratos. Il faut le dire ! Vive le rock libre et pas cher ! Bref, une fois que Tonio a réussi à fermer son bar et ramasser toutes les canettes qui traînaient dehors, on se retrouve au calme dans une grande pièce au-dessus du bar qui a servi de resto tout à l’heure et qui va ensuite devenir notre chambre et on papote autour d’un punch maison qui passe bien à 4 heures du mat’.

Extrait du site Brigitte Bop