19 avril 2003 Néophyte, Brigitte Bop, Gilbert et ses problèmes à Troyes

Et un concert pas annoncé sur le site mais compte-rendué quand même. Sylvain de La Clak nous a appelé mercredi à 19 H pour savoir si on pouvait remplacer La Fraktion au pied levé. On l’a rappelé à 19 H 15 pour dire OK et tout le monde était content. Pour la peine, on est arrivé qu’un petit peu en retard, mais on s’est rattrapé sur la balance qui s’est un peu éternisée. Le temps de discuter avec Zéric Trauma venu tenir un stand et nous apporter la compil VGL qui vient de sortir (cf Actu), de prendre un apéro rapide, de manger un morceau et Néophyte avait déjà commencé à balancer un punk messin des plus … messins.  Des bons morceaux et un putain de bon chanteur, mais pas assez de communication avec le public à mon goût. Cela dit, le public en question, nombreux et motivé, ne demandait rien non plus. On a pris la suite sous les sunlights et heureusement qu’on avait prévu des morceaux à jouer en cas de cordes cassées avec Charles, on s’en est fait une chacun. On a pas joué très longtemps mais on a eu le temps de passer, non sans le planter au point de s’arrêter, un des 2 nouveaux morceaux qu’on vient de faire. Ca s’appelle Les vieux punks et on l’aime bien. On a aussi fait un Clampdown sobre et efficace et la reprise des Ludwig en rappel qui a une fois de plus été bien accueilli. Le public était très bien : pogo sympa, montage sur scène pas relou, échange de casquette et de lunettes, j’en passe et des meilleures. Bref un bon concert à tout point de vue. Aprsè avoir débarassé la scène, on s’est fait interviewer pour la Radio Campus locale par un gars sympa mais qui n’était déjà plus tout seul. On a commencé soft et comme toujours dans ces cas-là, on a fini en racontant n’importe quoi. C’est pas grave, on a bien rigolé. Après tout ça, on est allé voir un peu Gilbert et ses Problèmes. V’là des un groupe avec qui on a vraiment pas d’affinités, ni musicale, ni humaine. En gros, on ne les fais pas rire avec nos “wack nnnn’ wollin’ alllll niiiiiiight”, ils ne nous font pas rire avec leur “Putaing, on a des grosseux couilleux et on fait la teûf, putaing”. Il faut quand même avouer que ça assure bien sur scène quand il ne font pas du ska festif. Quant au public, il était en transe et il n’y a bien que ça qui compte. Mention particulière à leur saxo (qu’ils partagent avec Prohiber) qui est le seul qui est venu nous dire au revoir. Dommage qu’il ronfle comme un orang-outan (souvenir de Nancy), on l’aurait bien emmené avec nous ! Après moultes papotages avec diverses personnes de l’asso La Clak, le bassiste des Gilbert et l’ami Fab’ qui nous a refait le coup de “c’est votre meilleur concert”, on a plié les gaules et on est allé se finir calmement dans un petit appart’. 5 heures de sommeil plus tard et un bon petit déj plus tard, on est retourné à la salle charger le matos et on a repris la Nationale 60 dans l’autre sens, sans même un détour par le chantre de la consommation qui a fait de Troyes la vile des magasins d’usine. Une prochaine fois peut-être ? Non ! PS : les bénéfices du concert vont servir à l’organisation de manifestations anti-G8 et c’est très bien comme ça. Merci à Sylvain et toute le clique de la Clak d’avoir pensé à nous pour faire la roue de secours. On remet ça quand vous voulez !

Extrait du site Brigitte Bop