23 mars 2002 Brigitte Bop, M 26-7 à Cambrai

La journée du samedi s’est déroulée calmement sous le frais soleil nordique (c’est joli comme formule, non ?). Réveil à 11 H, autoroute, resto chez les supporters du RC Lens de Cambrai (ça vaut bien les supporters du FC Nantes d’Ormes ou de Juvisy), comatage et montage du matos au bar, repos à l’hôtel, resto avec les M 26-7 et retour au rade pour le concert. Une journée punk rock 3 étoiles ! Malgré un public clairsemé (c’est le terme utilisé par les journaleux pour dire qu’il n’y avait quasiment personne), les M 26-7 ont bien assuré pour un groupe qui n’avait pas joué depuis plusieurs mois. Musicalement, c’est du bon punk rock pas trop speed, bien rigolo, sans prise de tête, avec des bonnes paroles en français comme on les aime. Ca nous a fait penser à nos potes des dAHU gAROUS par moment, mais c’est peut-être parce qu’ils sont aussi vachement sympas. Un bon groupe à découvrir. Ils ne devraient pas tarder à sortir une bonne démo. Bastos puis Gob sont même allé les aider à finir leur show avec des reprises de Chuck Berry, Les Rats et Luis Mariano (et aussi des L5 mais on n’en est pas trop fier alors faut pas le dire). On a pris la relève et je crois bien qu’il y avait encore moins de public que pour eux (et pourtant il n’y en avait pas beaucoup) mais c’est pas grave, il ne restait que les meilleurs ! La fine fleur ! Vu que contrairement à la veille, on avait plein de place, on a fait les cons dans tous les sens et on s’est bien marré, tout en regardant les clips à la télé que le patron avait laissé branchée, des fois qu’on se fasse chier. Loïc a bien assuré et a corrigé les quelques plantes de la veille. Tout a roulé comme sur des roulettes. Même un Cochran Blues défiant toutes les règles du tempo, du raisonnable et du réalisme. Bref c’était 10 fois trop speed mais on a bien rigolé ! A la fin de notre set, Nico des M 26-7 et Yann ont décidé de faire un bœuf, rejoints par quelques potes, Loïc puis Bastos. Ca a eu du mal à démarrer mais on a quand même réussi à jouer du Béru, du Ramones, du Cadavres et même une reprise presque parfaite de notre Julien Lepers. Le tout sous la caméra punk de Didier qui était revenu et qui a immortalisé cette soirée qui restera dans nos annales … enfin dans notre mémoire, quoi. Après ça, on n’est pas aller au Club (boîte de beaufs locale) mais on est resté à éclusé des biéres et tapé la discut’ avec les derniers survivants qui nous ont gratifiés de quelques chants paillards chtis toujours bienvenus. Après quoi, retour à l’hôtel et dodo vers 5 heures, non sans avoir regarder Jazz 6 et fait un peu chier Gob (dans tous les sens du terme). Le réveil le lendemain à 10 heures fût assez laborieux et le retour sans encombre, hormis le slip et les chaussettes de Charles perdus au décollage (forcément, quand on pose ses affaires sur le toit de la voiture, elles n’y restent pas très longtemps) et l’arrêt forcé à cause du seul accident de tout le réseau autoroutier. Pas de chance. Mais c’est pas grave, on a passé un bon week-end avec plein de gens sympathiques et on n’était pas si pressé que ça de rentrer. Il ne reste plus qu’à attendre samedi et nos retrouvailles avec les Stalag Loupech’. On va leur présenter Loïc, j’espère qu’ils vont bien l’aimer …

Extrait du site Brigitte Bop