14 décembre 2000 Disgrace, Brigitte Bop, Toxic Waste à Lille « Rockline »

Bon, soyons clair, après un certain nombre d’années de concert du samedi soir, on a enfin réussi à se faire 4 dates de suite, avec en plus de ça un concert en Belgique, donc pas en France et ça aussi c’est la 1ère fois. On était donc super fan de partir en concert un jeudi midi, mais ça ne nous pas empêché de partir avec une bonne heure de retard sur l’horaire prévu. c’est donc après une bonne recette de pâtes de tonton Charles qu’on s’entasse à 5 dans la caisse de Yann, les grattes dans le coffre et l’autoradio à fond, direction : Brigitte Bop First European Tour!!! Le voyage se déroule normalement : autoroutes, péages, bouchons à Paris, douanes sur l’aire d’autoroute et donc encore péages, perte du plan d’accès et du téléphone des TW. Finalement, On arrive quand même au Rockline où on rettrouve les Toxic Waste, quelques Disgrace et autres Perfusés et des vestiges de WAQ, groupe punk qui était venu sévir par chez nous il y a maintenant quelques années. Bref, toute l’intelligencia punk rock lilloise s’est donnée rendez-vous au Rockline, et ce n’est pas seulement pour « se saoûler la gueule » (NDLR : nous avons pu remarquer le nordiste ne dit jamais « on va boire un petit coup » mais toujours, « on va se saoûler la gueule », quel beau pays!!!). La salle de concert est une cave joliment décorée, le patron est sympa, il y a des pizzas et du rouge et les punks arrivent les uns aprés les autres. C’est Disgrace qui ouvre le bal et ça arrache tout de suite. Ils sont heureux d’être sur scène, ça se voit, et comme toujours dans ces cas, c’est communicatif. Les chansons sont en français et en anglais, il n’y a presque que des tubes, avec des refrains braillés accrocheurs. Le pogo démarre et Mickey le punk vient faire les choeurs. Une ambiance de concert punk comme on aimerait en voir plus souvent. C’est ensuite à nous. Il y a pas mal de monde et tout se passe bien jusqu’à ce que l’ampli basse décide de s’arrêter, tout simplement. Une fois de plus, on perd du temps (c’est pas la 1ère fois aujourd’hui, c’est pas grave) et finalement on reprend avec l’ampli des Disgrace. On envoie nos nouveaux morceaux, ça passe pas trop mal et on se termine classiquement : Rats + Clash. On laisse la place au TW. Ils sont chez eux et leur public apprécie le show à sa juste valeur. Ils jouent plein de morceaux et l’ambiance est chaude. On arrive même aux chansons paillardes chantés par Pierrick, le bassiste qui n’a plus d’ampli et dont ce sont les 2 derniers concerts avec TW. Après avoir rangé le matos et bu deux-trois dernières bières, on va se coucher chez Pierrick. Discussion de salon, matage de vidéos et dodo bien mérité.

Extrait du site Brigitte Bop