GPS (Globule Pulsation System) (Garage Psychiatrique Suburbain)

Parmi les premiers à conjuguer punk rock et fun en français, GPS se perdit un peu en chemin…

Au départ de GPS, 4 gamins de 13 ans de moyenne d’âge qui flashent sur le punk en 77, investissent un garage pour y composer quelques brulots comme « Pas d’avenir », leur « no future » à eux. Ils prennent pour nom GPS pour Globule Pulsation System.

Il faut attendre 1982 pour les revoir faire surface sous le nom de Garage Psychiatrique Suburbain avec un premier single sur Underdog, le label de Marc Zermati. Avec « Quand revient l’été », GPS signe la parfaite teenage bubblegum pop song en adaptant le punk fun des Ramones ou des Undertones (auteur de « Here comes the summer »!) au français. Hélas, le single n’est pas le tube qu’il aurait du être…

En 83, Underdog sort un premier mini album 9 titres ou les 4 GPS proposent un rock français aux influences variés, du pub rock (« A ton tour ») au punk (« Téléskripteur »), alternative plausible à Téléphone ou Starshooter. La qualité du disque repose en grande partie sur les talents du guitariste Tom « Backerfix » Darnal, qui a bien travaillé Steve Jones et Ron Asheton et au chant de Thierry Gesteau. « Bien dans la ville », passé assez inaperçu à l’époque,  n’a pas prie une ride et mérite une place au côté des albums de Strychnine par exemple…

La suite de la discographie de GPS est moins intéressante. En 85, Underdog tente de reproduire un single d’été dans l’esprit de « Quand revient l’été », c’est « Panique à la plage », mais avec les paroles débiles et la production catastrophique (synthés et voix en avant), on frise le ridicule avec un résultat plus près du Club Dorothée que des faux frères Ramones. Un deuxième album « En attendant la prochaine guerre » sort en 86 ou surnagent tout juste un titre ou deux (« Attends » qui a des accents -involontaires?- d’une power-pop à la Twilley-Seymour). Underdog tente encore deux dernières cartouches et la carrière de GPS se termine sur la pathétique « version club » de « Berlin la nuit ».

Thierry Gesteau connaît peu après le succès avec « Le Jerk » et « Poupée psychédélique » sous le nom de Thierry Hazard. Tom Darnal rejoint la Mano Negra, comme clavier, on l’a revu récemment avec « Les Patrons » groupes de reprises punk plutôt sympa.

Remy New sur Teenagers Electrics

 

Laisser un commentaire