Garlic Frog Diet

Lyon

Garlic Frog Diet se forme à Lyon en Février 1991, quelques semaines après que Hugo Maimone (batterie) ait quitté Parkinson Square, groupe pionnier de la scène hardcore française, et que Fabrice Della Malva se soit mis en disponibilité indéfinie de son poste de bassiste de l’Enfance Eternelle, groupe gothico-new wave de la scène lyonnaise. L’idée de base est de jouer une musique bruyante, mélodique, variée, en se disant qu’il y aura bien quelques personnes du sexe féminin à qui ça plaira (ce dernier point aura été un échec sur toute la ligne… ou presque).

Après une première démo enregistrée avec l’aide bienveillante des guitaristes de Parkinson Square et Condense, le duo devient trio à l’arrivée de Thierry Holweck, transfuge montpelliérain des Plaies Mobiles, dix jours seulement avant le premier concert de Garlic Frog Diet, en première partie des fabuleux Victims Family de San Francisco. Les trois membres du groupe chantent tous les trois, à part égales (et aussi mal les uns que les autres !).

1992

Après un hiatus de quelques mois dû aux avatars américains de Hugo (trois groupes, huit concerts et trois démos en 4 mois !), Garlic Frog Diet autoproduit un premier CD EP 5 titres à l’automne 92, « Smells Like Yeti » (Rotation Sound), qui recevra un accueil favorable grâce à la promotion efficace du Silence de la Rue… et à une pochette pour le moins remarquée (une espèce de Yéti grunge ressemblant vaguement à une vedette de l’époque).

En décembre 92, le groupe se voit offrir une semaine de studio par des amis qui souhaitent tester leur nouvel Espace Sonore (c’est le nom du studio). Au lieu des 3 titres prévus, le groupe en enregistre 16

1993

13 des 16 titres enregistré en décembre 1992 sur Democrisis, premier album de Garlic Frog Diet qui sort sur Semetary, un sous-label de Fnac Music. Deux autres titres sortent sur des compilations, et le dernier sur un split-single avec les merveilleux Drive Blind de Montpellier (sur Uncontrolled Records), avec qui Garlic partagera plus d’une fois la scène.

Pour contenter Semetary et les remercier de leur généreuse avance de royalties (non-remboursable, merci à eux à jamais pour l’existence de l’imposante discographie de Garlic !), Garlic Frog Diet retourne en studio en juillet 1993 pour ajouter quelques titres (dont un chanté en japonais) au single de l’album, « Fly to Hell ». Un clip mémorable de ce morceau est tourné par deux amis cadreurs de Téléfoot (ça ne s’invente pas !), en hommage au dur métier de Chippendales. Democrisis et le EP « Fly to Hell » sortent fin 1993 et bénéficient d’une importante promotion qui, aujourd’hui encore, permet aux membres du groupe d’exhiber un press-book impressionnant dans les soirées mondaines.

17 décembre 1993 Colm, Garlic Frog Diet, Skippies, Burning Heads à Paris “Espace Reuilly”

1994

29 mars 1994 Hoot Leeks, Oversoul, RWA, Garlic Frog Diet, Wet Mush, Burning Heads à Bordeaux “Theatre Barbey”

En avril 1994, le groupe s’engage dans ce qui demeure à jamais comme la seule vraie tournée du groupe : 10 dates en 10 jours avec les  Burning Heads ; les seuls avec Drive Blind à pouvoir supporter l’humour extra-fin des Garlic. La tournée se finit en apothéose à Sail-sous-Couzan, patrie de naissance du dieu vivant des Garlic, le grand Aimé Jacquet, avec les Burning Heads faisant les choeurs sur un medley Beastie Boys / The Exploited des Garlic boys ayant échangé leurs instruments pour ce rappel de feu.

En août 1994, les Garlic, pas rassasiés, retournent à l’Espace Sonore avec leur fidèle ingé-son Julien Escoffier, armés cette fois d’un solide budget (17 000 francs !), pour donner une suite à Democrisis. Le son pop-punk du premier album est abandonné pour un son disco-metal que les neuf fans de la première heure ont alors un peu de mal à digérer, mais que le groupe considère, encore aujourd’hui, comme son projet le plus abouti, son Bohemian Rhapsody à lui.

Suite au naufrage de Semetary, le groupe récupère une partie du stock de Democrisis et « Fly to hell » pour quelques croûtons de pain, les redistribue aux pauvres, et dans la foulée, sort 12 Killer Disco Tunes sur l’indé Weird Records, fin 1994. Le jour de gloire et concert jouissif ultime de Garlic a lieu au Glob à la même époque, à Lyon, en ouverture de Helmet, groupe fétiche d’entre les groupes fétiches.

Lors des 3 années suivantes, Garlic enchaîne split-singles et compilations et négocie quelques concerts ici et là.

1996

Split 7″ w/ Portobello Bones (Jazz To Come)

La sortie la plus remarquée est celle d’un split-single avec les cultissimes Samiam (Sur Pakalolo), vieux compagnons d’armes d’un des membres de Garlic (au passage, c’est la première fois qu’un groupe américain partage un disque avec un groupe français). Un projet de split-single avec les populaires britons de Therapy? échoue de peu.

1997

Split 7″ w/ Shaggy Hound (Diabolik)

Fin 1997, après sept ans de longs et boyaux services (?!), Thierry Holweck, à bout, ruiné et épuisé par des nuits sans sommeil auprès d’une section rythmique composée de ronfleurs invétérés, jette l’éponge. Gilles Garrigos, ex-terroriste de Haine Brigade, prend le relais pour deux dernières années qui ajouteront à la gloire des Garlic moultes compilations et split-singles supplémentaires, plusieurs concerts et premières parties (Chokebore, Dyonisos, Hard-Ons)

1998

Split 7″ w/ Deadly Toys « Tribute To The Dickies” (Sideline Records)

1999

Le troisième album intitulé, en pied de nez ultime et bilan définitif, Girls Just hate Garlic, que sort l’indépendant marseillais Lollipop Records à l’automne 1999. Une sortie canadienne sur le label Amp records se fera vainement attendre.

2000

 

Sans même s’en rendre compte, Garlic Frog Diet donne un ultime concert à la MJC d’Oulins en décembre 2000. Le split du groupe n’a à ce jour jamais été discuté par ses membres, ni annoncé officiellement, attendez-vous donc au pire… d’ici 2050 !

2005

Tel un zombie putréfié, Garlic est déjà réapparu en 2005 sur un label US pour un tribute à Die Kreuzen, en compagnie de Napalm Death, Mike Watt, Voivod, Vic Bondi et Thurston Moore… La classe !! Le morceau avait été enregistré 5 ans plus tôt

2009

Fort d’une carrière riche en stupidité assumée, le cadavre zombifié de Garlic Frog Diet ressort de terre en 2009 pour un quatrième album, le bien nommé A Decade Of Dumbitude (Sur Meka), compilation posthume rassemblant inédits, morceaux extraits de split singles, live et autres joyeusetés d’ordre quasi biblique.

Biographie issue de Nineteen Something

 

 

Laisser un commentaire