VULCAIN

La Biographie

L’histoire commence en 1981. Repliés dans une cave de banlieue parisienne, deux frères, Daniel (guitare et chant) et Vincent Puzio (basse), font chauffer les amplis avec deux camarades, Didier Lohezic (guitare) et Richard (batterie). Leur passion commune pour les motos puissantes et le rock’n roll ont soudé leur amitié. Ils rodent un répertoire en jouant des reprises de leurs idoles comme Grand Funk Railroad, Ten Years After, ACDC et Motörhead. Très vite leur entourage leur conseille de former un vrai groupe et de composer leur propre musique. Richard ne se sent pas l’âme d’un grand batteur et cède amicalement sa place à un autre copain de la bande, Franck Vilatte. Le groupe travaille dur et les compositions sont très influencées par Motörhead. Il ne reste qu’à trouver un nom représentatif de la rage de ces jeunes loups. C’est le cousin de Didier Lohézic, qui lance l’idée de Vulcain. Le dieu romain, dans la chaleur des forges est le «Maître de la foudre» et incarne parfaitement la «Force métallique» qui anime le quatuor. Vulcain est né et va devenir une légende du hard rock français. En quelques mois, Vulcain se produit sur des petites scènes et la rumeur s’amplifie. Leur victoire au tremplin du Golf Drouot marque le début de leur carrière.

En 1983, le label anglais Ebony Records leur propose de participer à la compilation Metal Plated, puis le groupe ouvre plusieurs dates d’une tournée de Motörhead qui impose Vulcain comme le fer de lance d’un nouveau hard gaulois.

En 1984, Rock’n Roll Secours est mis en boîte en quelques jours au studio Maunoir à Genève, en Suisse. Il sort sur le label Devil’s Records et dans la foulée, est suivi par le maxi 45 tours La dame de Fer. En 1985, des problèmes personnels obligent Franck Vilatte à quitter le groupe. Les dates d’enregistrement du prochain album sont déjà réservées et dans l’urgence, Vulcain auditionne des batteurs. Leur attention se porte sur un jeune musicien de vingt ans que leur présente Pierre Guiraud, le chanteur de Satan Jokers. Il frappe fort, il sait tenir un morceau de blues et ses goûts musicaux sont dans l’esprit du groupe. Marc Varez est engagé en mai 1985 et après deux semaines de répétitions intensives, Vulcain reprend la route de la Suisse, pour enregistrer Desperados.

Tout va très vite. L’album sort en septembre sur le label Riff Records, distribué par Virgin, et dès le mois de novembre, Vulcain part en tournée, embarquant avec un lui, un groupe anglais du nom de Rogue Male. La date parisienne est mémorable dans un Eldorado plein à craquer et dans une ambiance chaude comme l’enfer. Vulcain et Rogue Male se lie d’amitié et partagent ensuite quelques dates en Hollande. C’est l’année de la consécration dans les référendums et Vulcain est récompensé par une pluie de N°1.

Vulcain est le meilleur groupe français, Desperados est le meilleur album, Vincent est élu meilleur bassiste, « Richard » est considéré comme la meilleure chanson, qui est un hommage à Richard le camarade des débuts décédé dans un accident de moto, et enfin le Desperados Tour est la meilleure prestation scénique de l’année. Parti sur sa lancée, Vulcain attaque l’Europe. La rencontre avec le groupe anglais Chariot leur permet de jouer en Angleterre et fait un carton au fameux Marquee Club à Londres en plein mois d’août. En novembre, après avoir joué en ouverture d’ Iron Maiden à Paris Bercy, Big Brothers, le troisième album, est dans les bacs et les ventes grimpent très vite. Vulcain repart en décembre à l’assaut de Londres pour deux concerts mémorables au Marquee Club et à l’Electric Ballroom.

Dès le mois mars 1987, c’est le Big Tour qui démarre en compagnie de Chariot et qui laisse des traces de poudre dans plus de trente villes d’Europe. La France, la Suisse, la Belgique, l’Angleterre, l’Italie, l’Allemagne ou encore la Hollande, personne n’est épargné. En mai 1987 le Live Force est enregistré lors de deux concerts à la Locomotive à Paris, et confirment la puissance de Vulcain sur scène. L’ascension rapide du groupe n’est pas sans conséquences. Vulcain entame des procédures envers des producteurs peu scrupuleux et se donne quelques mois de réflexion. Cette période sabbatique dure finalement deux ans, durant lesquels, Didier quitte le groupe, lassé par ce business.

A l’aube des années 90, le monde de la musique évolue. L’apparition du format CD, donne l’occasion au groupe de ressortir sa discographie et signe un nouveau contrat avec Musidisc. Musicalement, le groupe pense qu’il faut évoluer et moderniser l’image de Vulcain. En engagent le jeune guitariste virtuose Franck Pilant, le nouvel album Transition, marque un réel virage, salué par la critique mais qui ne convient pas à tous les fans. L’étiquette de «Motöread français», n’a plus lieu d’être. Après quelques tournées, Franck quitte l’aventure et est remplacé par Marcos Arrieta, un autre virtuose de la six cordes. Les quatre musiciens choisissent la Corse pour enregistrer leur cinquième album studio Big Bang, qui sort en 1992. Encore quelques tensions enveniment le groupe et Marcos tire sa révérence.

Les frères Puzio et Marc décident alors de rester en formule trio et de composer un album plus rock. Pour l’occasion, ils changent de label et signe chez MixIt en distribution chez PIAS et baptisent symboliquement l’album Vulcain, qui sort en 1994. Pour confirmer la formule trio de Vulcain, Atomic Live est enregistré à Pau, lors d’une date avec le groupe Killers, et à la Locomotive à Paris. Cet album est une bombe qui sort en 1996 chez Media7.

Déjà quinze ans de carrière, et le label XIIIBis Records propose à Vulcain de commercialiser une compilation, que Vincent nomme ironiquement la Compilaction, qui est adopté comme titre définitif et qui sort en 1997. Conscient d’un marché du disque qui devient de plus en plus difficile et d’une fatigue générale, les trois musiciens pensent à mettre un terme à la carrière du groupe. Ils partent sous le soleil de Toulouse, au studio Polygone, pour enregistrer Stoppe la Machine qui sera le dernier album du groupe et qui sortira en 1998. Malgré des dates prestigieuses en compagnie de Motörhead, qui impose d’ailleurs Vulcain sur la date parisienne du Bataclan, ou Deep Purple, c’est apparemment la fin de l’histoire d’une légende du hard rock français. IL y aura encore quelques concerts et Daniel ne se résout pas à mettre un terme à son groupe, ce qui crée des tensions avec Marc qui quitte le groupe en avril 2000, dans une ambiance plutôt morose. Marc monte alors son propre groupe Blackstone et signe deux albums chez XIIIBis Records et un troisième chez Brennus. Vincent ouvre son magasin d’instruments de musique à Paris et n’a plus trop le goût à jouer. De son côté Daniel fonde Mr Jack avec la section rythmique du groupe H Bomb qui partageait souvent la scène avec Vulcain dans les années 80. Leur premier album sort en 2009 chez Bernett Records. Les années passent et Daniel et Marc restent sur leur amère séparation. Malgré une demande incessante des fans et les tentatives de proches ou de Philippe Michel, l’organisateur du Paris Metal France Festival, les deux personnes concernées restent sur leur position et refusent d’évoquer la moindre possibilité de revoir un jour Vulcain sur scène. Il faut attendre janvier 2009 et l’évènement du Paris Metal France Festival à la Locomotive, auquel participent Blackstone et Mr Jack, pour que certains fans assistent à une discrète et symbolique poignée de main entre les deux musiciens. Plusieurs autres rencontres ont lieu lors de divers concerts parisiens sans que personne n’ose évoquer une éventuelle reformation. C’est seulement en octobre que Vincent décide de proposer l’impensable réunion, en disant : «c’est maintenant ou jamais !». Dès novembre Daniel, Vincent et Marc organisent une répétition mémorable et annoncent, enfin, officiellement le retour tant attendu de Vulcain.

Vulcain remonte sur scène le 16 avril 2010, dans le mythique club Chez Paulette, près de Nancy, et le public est au rendez-vous. Salle pleine pour leur retour, le groupe est un peu stressé, mais rapidement le naturel revient au galop tant le public est déchainé. Vulcain reprend rapidement la route pour une vingtaine de dates, en passant par le Hellfest, la Belgique, le Canada, la Suisse,  puis Paris ou sera effectuée la captation du 1er DVD du groupe dans un Trabendo électrisé par les fans, avant de terminer l’année en ouverture de Motörhead le 14 décembre. Le label XIII Bis Records prend la décision de rééditer les trois premiers albums de Vulcain sous forme de coffret qui rencontre de nouveau un succès commercial.

En 2011, le groupe poursuit sa route, parcourant la France et l’étranger, passant par le Headbanger Open Air en Allemagne, puis de nouveau en France au festival de Montereau, avant de terminer, en beauté, le 9 décembre au Divan du Monde,  avec déjà en tête la réalisation d’un nouvel album. Parallèlement, sort début mai, chez XIII Bis Records, En Revenant, le 1er DVD live de Vulcain, doublé d’un CD dans le même coffret, enregistré l’année précédente au Trabendo.

Dès 2012, le groupe entre en studio chez Marc Varez, au Studio La Grange 69, pour enregistrer son nouvel album dont la sortie est prévue en fin d’année. La passion est intacte et Vulcain reprendra la route pour débuter une nouvelle tournée à partir du mois d’avril, partageant la scène avec Norbert «Nono» Krief (guitariste de Trust) en Normandie, retournera dans  le Nord à Arras et au festival Land’n’Rock, passera par Grenoble, la Suisse, et encore d’autres dates en négociation.

(Source : Elven Knight Site offficiel du groupe)

 

le site officiel

Le forum

Laisser un commentaire