27 septembre 2008 Brigitte Bop, KAS, Relative Zero, Les Plaques Dégout, Spaghetti Incident, Radio Maquis, La Reine Mab, Les Consansgains à Désertines « Stade du Vercher »

Festival Contre attaque

(…) Le lendemain du concert de Maillet, réveil tranquille à 13 heures du matin et on profite du beau temps pour se taper une pizza en terrasse. Le grand Luxe. Ensuite, Robert nous emmène visiter la ville et on a même la chance d’assister à l’animation du jour : exposition de grosses cylindrées et Cadillac Eldorado + concert de reprises de Hard rock sur la place de la Poste. Que du bonheur ! C’est donc avec notre dose de tourisme pour le mois qu’on décolle pour Désertines, banlieue de Montluçon. Le festival Contre-attaque a lieu au Stade du Vercher, à l’écart de la ville. Il y a de la place pour faire du bruit sans faire chier personne, pour faire courir les chiens e pour jouer aux boules. Ca tombe, on est armé. Le temps de dire bonjour à tout le monde et on reprend la compétition abandonnée depuis trop longtemps. Enfin, de compétition, il n’y en a pas trop eu, vu qu’avec Lolux, on s’est fait técla par Yann et Charles, ce qui est contraire à toute logique sportive, mathématique, physique et psychologique. Je sais, ça fait beaucoup de -ique, mais pas autant que ceux qu’on a dû avaler, je vous le garantis.
Ensuite, on a noyé notre chagrin dans la tarte aux pommes de terre et le méchoui, ce qui plutôt efficace et on a attendu notre tour en papotant autour du feu pour essayer de nous réchauffer, car fin septembre en Auvergne, les nuits sont fraîches. Après avoir aiguisé ses talents de négociateurs qui nous ont permis de jouer à 1 heure du mat’au lieu des 23 heures prévues initialement, Yann est allé faire pénitence en s’occupant du stand tout seul. Du coup, ça l’a bien énervé et on s’est bien engueulé à propos de la liste des morceaux juste au moment de monter sur scène. Heureusement, on s’est rabiboché rapidement avec un petit bisous et on était bien remonté pour faire un putain de concert. Et c’est ce qu’on a fait : putain de concert. Il faut dire qu’on s’est fait porter (au sens propre du terme pour Charles) par le public nombreux et motivé. Bonne scène, bons enchaînements, bonnes présentations, bons tempos (et non pas bons tempi comme voudraient nous faire croire les pianistes latinistes), bonne cohésion, bonne ambiance, bonne osmose avec le public. Un bon concert, quoi.

Les lecteurs avertis que vous êtes auront remarqué que je n’ai pas dit mot des autres groupes. Il faut dire que bien tous humainement très sympathiques, leurs musiques étaient assez éloignées de mes goûts personnels. Trop metal pour certains, trop hard-core pour d’autres et trop boum dans ta gueule pour tous, au moins pour ce que j’ai vu, car on est malheureusement partis avant la fin et on a notamment raté les Consansgains. On est vraiment des invités indignes ! Mais il faut dire à notre décharge qu’ils ont fini de jouer à 6 heures et demi du mat’(Robert nous a gentiment envoyé un texto !) et qu’à cette heure-là, on avait déjà fait le trajet de retour jusque chez Yann et on dormait comme des vaches. Mention spéciale quand même pour Spaghetti Incident, le nouveau groupe de notre ami Olive Tazon, qui tape dans le bon vieux rock 70’s qui groove et qui remue les mollets comme on aime.
Merci à la Consansgains Team et notamment à Robert pour ce week-end plein de bons moments, de rencontres, de rock n’roll, de sueur et de bière. Que vive le rock libre !

Résumé et Photos par les Brigitte Bop